• déja debout mdr

  • salut sympa ton profil toujours aussi terrible ton blog jai mi un article avec 6 moto dit moi la quelle tu préfaire

  • Le stunter

    Le stunter n’est pas ce merdouillon qui ne sait que lever une roue avant entre deux feux rouges, c’est un vrai cascadeur, un taré, un acrobate !
    Des heures et des heures d’entraînement et pas mal de gamelles et de pièces cassées sur sa moto lui ont permis d’en arriver là ! Il vous met n’importe quelle meule à la verticale, maîtrise le jesus walk, tient un stoppie sur des centaines de mètres, entreprend les figures les plus extrêmes et signe les parkings déserts sur lesquels il s’entraîne de quelques burns.
    Avec une meule préparée pour l’exercice, les seules routes sur lesquelles vous le croiserez sont celles qui le mène à son terrain d’entraînement et celles qui mènent à Darty où il s’offrira le méga écran plasma et le lecteur dvd high tech avec la meilleure qualité d’image pour mater les vidéos de ses dieux nommés Farias, Jones et autres.
    Vous le croiserez aussi très souvent à la pharmacie où il achète la pommade, le mercurochrome et les pansements en demis-gros. en papotant avec lui vous pourrez constater qu’il n’est pas sur la même planète moto que vous et qu’il a vraiment un esprit différent du vôtre : les belles routes, les virolos, la vitesse et tout le tintouin c’est pas pour lui, là où vous faites une balade en vélo, lui fait du bmx, quand vous faites des longueurs de crawl, il faitF? de la natation synchro, quand vous préparez un feu de camp, il fait un feu d’artifices ; il sera passionné de moto comme vous mais restera toujours un peu décalé dans sa manière d’utiliser une meule.

    • Si il vous double : oui oui, il est bien assis à l'envers sur son réservoir.
    • Si vous le croisez : oui oui, il est bien debout sur sa selle arrière.
    • Si vous le doublez : oui oui, vous êtes bien capable d'en faire autant.

  • Voici un poème magnifique sur le stunt amateur, j'en suis amoureux!
    Mes frères,
    C'est en séchant mes dernières larmes que je vous écris.
    J'ai pleuré oui, mais grâce à vous c'est fini.
    Le stunt mon frère, est venu me rencontrer
    Affaiblis certes, c'est un sourire aux lèvres que je l'ai vu arrivé.
    Il est entré, il s'est assis, il a pleuré puis il m'a dit :
    « Mon frère, nos frères je les ai entendu »
    Alors ensemble on a sourit, puis on s'est tu.
    Puis il a repris :
    « Je voudrai me battre mais contre qui ?
    Tous m'aiment non ? »
    J'ai fuit son regard usé du doute et de l'ennui.
    Puis il a repris :
    « Moi je sais que tous m'ont aimé,
    Mais je ne sais plus si tous m'aime..
    Moi je ne crois pas que l'on puisse m'acheter,
    Mais je ne sais plus si je suis le même,

    Alors j'attends que l'on daigne me sauver,
    Mais je ne sais plus si j'en vaux la peine

    Pourtant, mon frère j'ai envie !
    Et je vais continuer.. »

    Me voila rassuré, mon frère n'a pas changé,
    Je ne rêve pas,
    Il est là devant moi, ce vieil effronté !
    Faible et blessé, il veut reconquérir son sulfureux passé,
    Alors il est décidé à repartir l'esprit plein de doute,
    Car au fond de son c½ur, il espère que vous l'aiderez tous et toutes,

    Je pense qu'il a raison, et qu'il fait bien,
    Je pense que seules de vraies convictions
    Peuvent nourrir l'appétit de belles ambitions.

    C'est pour cela que le Duke et ses disciples,
    Ne me font plus peur,
    Je sais qu'ils se suicideront dans leur périple,
    Car ils voyagent sans c½ur.

    Je sais, que nous sommes plus à crier « liberté » dans l'ombre,
    Et j'ai confiance en notre plus belle force, la force du nombre.

    Moi je ne suis personne,
    Sinon ce fou décérébré,
    Qui refuse d'oublier notre passé..
    Et puisque personne n'a voulu essayer de le sauver,
    j'ai parlé pour personne, et j'ai osé espérer l'aider.

    L'aider à quoi ?l'aider pour qui ?
    Je ne sais même plus..
    Pris à mon propre jeu, je suis perdu..

    Croyez en ma foi mes frères,
    Je crois en vous, pour soigner mon frère.
    Croyez en ma foi mes frères,
    La licence n'est pas un exutoire pour passer mes nerfs,
    Croyez en ma foi mes frères,
    Il faut la violer, la tuer, et la laisser pourrir sous terre.

    Je n'ai plus la prétention, ni les épaules
    Pour mener la rébellion, ce n'est pas mon rôle.

    Je n'étais pas le seul à encore y croire,
    Je ne suis pas le seul à cracher sur leurs tristes gloires,
    Je ne serai pas le seul sur les routes, tard le soir..

  • un pti cc!!!! bizzzzzzzzz